Grand retour des gilets jaunes ce 12 septembre. 154 interpellations à la mi-journée et quelques tensionsPar Ch.G. Le 12 septembre 2020 à 11h27, modifié le 12 septembre 2020 à 13h16 Ce samedi marque la rentrée du mouvement des Gilets jaunes. Plusieurs appels à manifester dans les grandes villes du pays ont été lancés. A Paris, deux manifestations ont été interdites par la préfecture, mais plusieurs autres rassemblements sont autorisés, notamment au départ de la place de la Bourse et de celle de Wagram. La police veille. La préfecture fait désormais état de 154 interpellations à 13 heures. La tension est en effet montée à la mi-journée, notamment dans le secteur de l’avenue de Wagram. Un peu plus tôt sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon a salué les membres de son parti présents dans les cortèges, leur demandant de rester « absolument non violents », « car le préfet #Lallement attend les incidents pour lancer la machine à éborgner et emprisonner ». Premières tensions. A la mi-journée, quelques brefs affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et les manifestants. Notamment dans le secteur de l’avenue de Wagram, limite VIIIe et XVIIe arrondissement de la capitale. On a notamment vu la police charger et faire usage de plusieurs grenades lacrymogènes. La préfecture évoque le « départ d’un cortège sauvage » et l’intervention de la Brigade de répression de l’action violente (Brav). Plusieurs poubelles ont été incendiées et du matériel urbain renversé. 128 interpellations à midi. La préfecture de police de Paris annonce avoir déjà procédé à plus d’une centaine d’interpellations. Au total, 128 personnes ont déjà été interpellées à midi et 27 sont en garde à vue. La préfecture a également diffusé les photos d’objets saisis sur certaines personnes. « Tournevis, piolet, pince coupante, cagoule, couteaux, arc […] Ces objets n’ont pas leur place dans une manifestation », écrit-elle. « Sérénité et respect des gestes barrière ». Le préfet de police de Paris, Didier Lallement a dit vouloir s’appuyer sur deux principes pour le déroulement de la journée : « sérénité et gestes barrière ». Il refuse d’être confronté à une situation « de chaos sur les Champs-Elysées ». Le représentant de l’Etat dans la capitale et ses départements limitrophes n’a pas donné le chiffre total des forces de l’ordre mobilisées. Il a cependant indiqué que 160 motards des brigades de la répression de l’action violente (BRAV-M) sont déployés. Sur les Champs-Elysées et aux abords, les policiers procèdent à des contrôles et des fouilles. Newsletter – L’essentiel de l’actu Chaque matin, l’actualité vue par Le Parisien Votre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus L’appel au calme de Jérôme Rodrigues. Après avoir qualifié la police de « bande de nazis » dans la semaine, ce qui lui vaut une plainte du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, Jérôme Rodrigues appelle « au calme ». « J’appelle à ce que tout le monde puisse manifester pacifiquement », déclare cette figure du mouvement. Il regrette « de ne pas pouvoir aller sur le site historique des Gilets jaunes qu’est celui des Champs-Elysées ». « L’acte de manifestation en France est un droit inaliénable. » Jean-Marie Bigard pris à partie. Jérôme Rodrigues appel au calme. Stations de métro et RER fermées. De nombreuses stations de métro et de RER sont fermées à Paris. Dans le RER. Ligne A : Charles de Gaulle-Étoile ; ligne C : Pereire Levallois. Dans le métro. Ligne 1 : Charles de Gaulle-Étoile, George V, Franklin D. Roosevelt, Champs-Elysées Clemenceau, Concorde, Tuileries, Argentine ; ligne 2 : Porte Dauphine, Victor Hugo, Charles de Gaulle-Étoile, Ternes, Courcelles, Monceau, Villiers, Rome ; ligne 3 : Pereire, Wagram, Malesherbes, Villiers, Europe, Havre-Caumartin, Opéra ; ligne 6 : Charles de Gaulle-Étoile, Kléber, Boissière ; ligne 7 : Opéra ; ligne 8 : Concorde, Madeleine, Opéra ; ligne 9 : Iéna, Alma Marceau, Franklin D. Roosevelt, Saint-Philippe du Roule, Miromesnil, Saint-Augustin, Havre-Caumartin ; ligne 12 : Concorde, Madeleine ; ligne 13 : Liège, Miromesnil, Champs-Elysées Clemenceau, Varenne ; ligne 14 : Madeleine. (Infos : Le Parisien)

La manifestation “syndicaliste révolutionnaire pour l’égalité et la transformation sociale” débutera à 11h sur la Place des Fêtes ( 19eme arrondissement ) Le rassemblement “antifasciste à la mémoire de Brahim Continuer la lecture

Publié le